UXDE dot Net Wordpress Themes

Le rendez-vous de Sophie : Coucher le premier soir

le

Le-rendez-vous-de-sophie-coucher-premier-soir-rendez-vous

Sophie a eu dix maris, et un nombre incalculable d’amants, ce qui fait d’elle une experte pour toute question de couple ou de rencontre.

Vous vous doutez bien que je l’ai déjà fait. Même si quand j’étais une jeune demoiselle un peu plus éduquée que celles qui me liront peut-être, ça ne se faisait pas. On n’avait jamais vu un homme nu, mais on pouvait disserter sur le gérondif et on était versé dans la mythologie grecque, ce qui nous évitait peut-être de ne penser qu’à ce qui ne nous regardait pas.

D’ailleurs, tout était prévu pour que ça n’arrive pas.
On n’avait pas d’intimité avec les garçons, et aucune liberté pour y parvenir. Bien sûr, ça commençait à poindre la désobéissance organisée, et il y a toujours eu des contourneurs d’hypocrisie prêts à relever n’importe quel défi pour trousser un jupon. (Parce qu’on portait des jupons, en plus.) Mais ce n’était pas considéré comme convenable, et moi, je l’étais.

Donc, si je réponds à la question du premier soir, ça me renvoie à une époque où le premier soir n’existait pas, et parfois, ça me semble une belle époque, où on prenait le temps de désirer, avant de gémir.

Parce qu’aujourd’hui, et bien la question ne se pose plus. On peut toujours décider qu’on n’ira pas, que c’est pas notre style, mais ce n’est qu’un vestige de l’image dans laquelle on avait enfermé la femme. La femme : celle qui ne couche pas le premier soir. L’homme, et bien il fait ce qu’il veut. Alors, de mon côté, à partir de mon quatrième mari, j’ai eu une grande époque où je mettais un point d’honneur à coucher le premier soir. Avant, que voulez-vous, je n’avais pas vraiment eu à me poser la question, j’étais avec des hommes qui faisaient la cour, et la cour, ça prend du temps.

Mais vous vous doutez bien que la plupart de ces hommes que j’ai côtoyés à cette époque, s’en donnaient à cœur joie, c’est tout juste si mes amoureux ne me raccompagnaient pas en me disant : « bon, ben, c’est pas tout ça, mais je dois aller coucher le premier soir avec une autre, à demain. »

Pour moi, c’est donc d’abord une question sexiste. Mais ceci dit, j’accepte de faire une petite pause avant de retourner me coucher (pas seule, mais nous ne sommes ni le premier, ni le soir) pour ajouter que si vous connaissez vos limites, et que comme moi, votre appétit sexuel a besoin d’un peu de manque pour se réveiller, alors peut-être que vous pouvez attendre, un peu mais pas trop, avant de coucher.
On n’a jamais rien trouvé de mieux pour passer le temps avec un homme.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *