UXDE dot Net Wordpress Themes

La vérité sur les préliminaires – Les témoignages

le

La_vérité_sur_les_préliminaires

  • Les préliminaires, moi, j’aime bien, si on les appelle autrement. Je trouve ça réducteur.
  • Une fois, les préliminaires ressemblaient à un ballet, une danse avec les corps, c’était incroyable. Cela laissait présager une suite intéressante. Mais en fait, hélas, ensuite c’était sans intérêt.
  • Je trouve ça hyper important. Montée du désir, excitation, fontaine. Anecdote… ? Là je vois pas. Ou alors si. Avec un amant, les préliminaires duraient des heures car quand il passait à l’acte ça durait jamais plus de 15 secondes.
  • Les préliminaires sont mieux que ce qu’on en dit parfois. Il faut vraiment pas passer à côté.
  • Des fois, quand on s’applique, on touche des sommets d’humanité alors qu’on s’excite comme des bêtes.
  • Je veux bien parler des préliminaires, tant qu’on me demande pas de crier trop vite.
  • Les préliminaires doivent se fondre dans le décor.
  • Un peu comme l’introduction d’une dissertation, les préliminaires doivent appuyer là où on reviendra dans le corps du sujet, avant la conclusion qui ne laissera pas de surprendre.
  • Avec mon premier amour, on faisait les préliminaires après. Mais on était jeunes.
  • Les préliminaires, c’est comme l’apéritif. On prépare, on s’installe, on se met à l’aise, et en appétit, mais on garde une place pour le repas.
  • J’ai connu un mec qui disait que les préliminaires étaient contraires à sa virilité, que c’était des trucs de filles. Il a fini homosexuel, je ne sais pas s’il y a un rapport.

Post Tags:

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *