UXDE dot Net Wordpress Themes

La vérité sur … l’orgasme simultané

le

orgasme_simultane

L’orgasme simultané (ou OS, pour faire plus pro et plus discret) est un des mythes de l’amour physique. Un mythe, ça ne veut pas dire que l’OS n’existe pas. Non. Même pas. Ça signifie simplement qu’à force de fantasmer le sexe, on hiérarchise, on évalue, là où il faut surtout s’oublier. Demandez autour de vous, certains vous répondront qu’il est le seul valable, d’autres s’en préoccupent peu, au moment de passer au corps à corps. Pourvu qu’il y ait de l’action. L’orgasme, simultané ou pas, finira bien par nous envoyer au pays ou l’autre est soi-même, et les corps sont joyeux.

Mais il y a bien un truc, non ? Comme on vous dit tout sur Rendez-Vous.be, le secret tient en un mot : la synchronisation. Si votre partenaire reste de marbre quand vous sentez que la terre tremble, si vous cherchez vainement les fissures au plafond (zut, on vient de repeindre) pendant que l’autre s’époumone, oubliez l’OS, et lisez ce qui suit.

En matière d’OS, il y a deux camps. Choisissez le vôtre.

Certains conseillent de l’atteindre grâce à l’endurance et la technique.

D’autres parlent de laisser l’intuition ouvrir ses fleurs du bien.

Nous ne trancherons pas. (Depuis quand n’avez-vous pas fait un footing ?) ((Depuis quand n’avez-vous pas marché sans but dans un jardin ?))

Les partisans du sexe sportif, préconisent un peu d’entraînement, donc. La méthode ne dit pas combien d’essais sont nécessaire, pour que l’homme et la femme anticipent leur plaisir. C’est là que le verbal intervient, même si on rentre dans un champ lexical assez simpliste. « Vite ! » « Stop ! » « Fonce ! » Ce n’est pas le moment de faire des déclarations, mais d’indiquer, que c’est le moment.

Vous n’aimez pas cette approche ? Vous n’avez pas envie d’aborder votre orgasme comme une course (vous n’aimez pas le sport), essayez donc la deuxième méthode, et rejoignez les partisans du sexe mystère.

Ils ont l’avantage de ne pas exiger d’endurance, même si l’inconvénient, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à transmettre, à d’éventuels émules. « C’était trop bon » ne donne aucune indication sur la bonne marche à suivre pour reproduire l’OS.

En résumé, avec l’expérience, j’ai acquis une certitude : l’orgasme simultané, atteint ou pas, doit nous rendre plus humain.

Un humain débarrassé des limites de son corps, de son esprit, un super humain super excité qui n’a plus tellement le temps de réfléchir à toutes les conséquences qu’il y a à s’accoupler. (Vive les contrapréservaceptifs)

Parce que, il est toujours temps de penser aux autres. À l’autre. L’autre, là, en face, enfin, dessus, (ou dessous), pas loin, plutôt très près, très prêt. Et, ça monte bien, sans préjugé sur qui on est véritablement, ce qu’on dira la seconde d’après, nos faiblesses un peu inavouables, et nos corps vulnérables. Il est là, et il s’emballe, l’autre, il y croit, enfourché, et capable de tout. Et on est avec lui. Ça semble bien animal, mais pourtant, c’est juste humain.

La vérité sur l’orgasme simultané, donc, c’est qu’on n’est pas au lit pour s’embêter. (Dans s’embêter, il y a bête.)

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *