UXDE dot Net Wordpress Themes

La vérité sur…. les zones érogènes

le

La-vérité-sur-les-zones-érogènes_Blog_Rendez-Vous

Ah, les zones érogènes… autant de petits volcans de désirs très intenses susceptibles d’exploser à condition d’être correctement titillé.

Au début de sa vie sexuelle, on va souvent droit au but, les parties érogènes sont délimitées clairement, en particulier chez l’homme. On se concentre essentiellement sur les parties génitales et le reste du corps semble parfois un peu oublié….

La femme a plus de chance, ses seins attirent les convoitises et invitent aux caresses et en leur centre les mamelons se dressent de plaisir.

Puis arrive le moment où l’on en veut plus et où l’on développe son érotisme.

On se décide à partir à l’assaut du corps de l’autre. On se donne pour mission d’en connaître toutes les facettes et les effets possibles.

On explore ses monts et ses vaux, on escalade ses protubérances, on plonge dans ses béances. On veut compter les grains de sa peau, deviner le moindre de ses frémissements, parcourir ses cicatrices, caresser tout son corps dans le sens du poil et rebrousser chemin.

Le voyage commence avec les mains, qui effleurent, caressent, empoignent ou griffent…

La bouche est bien vite de la partie… Un simple baiser partagé provoque une jouissance aux deux partenaires… Cette bouche, zone érogène à elle seule. On se voulait altruiste, mais à embrasser l’autre ainsi, un délice très égoïste se révèle.

Au détour de la langue, des lèvres ou de la main, une zone sensible s’éveille… Il faut parfois sonder le corps de nombreuses fois pour trouver le geste qui parviendra à ouvrir les portes du plaisir. C’est ainsi qu’on découvre quelques fois un bout de peau à maintes reprises caressé de la main et qui au hasard d’un coup de langue propulse dans les étoiles.

L’excitation est alors à son comble. Les sens sont attisés et on oublie à peu près tout. On se lâche, on gigote, on gémit. Et l’on a l’impression d’être un instrument de musique entre les mains d’un partenaire virtuose…

Avec un peu de patience, ce sont des dizaines de parties du corps qui deviennent des puits à plaisir… le jeu est de les découvrir, tout en développant sa sensualité.

Selon les personnes, il y a ce creu dans le dos, entre les omoplates. Ou la base du cou, mais uniquement quand on l’effleure des lèvres avec douceur.

Cela peut aussi être la peau fine à de l’aine à quelques centimètres des bourses ou du clitoris. Ou des endroits moins évidents, comme un point très particulier entre deux orteils, la face avant des genoux ou l’intérieur des coudes.

Une bonne fessée réveille parfois les sens, à moins qu’il ne faille mordiller la chair. Sans oublier le visage, des paupières au pavillon de l’oreille…

Certains jours, on peut même avoir la sensation que tout le corps s’enflamme !

Et il y a bien entendu le mythique Point G féminin et Point P masculin…

La vérité donc sur les zones érogènes c’est qu’elles sont nombreuses et efficaces. Et si la lecture de ce simple article vous a mis dans un état d’excitation c’est probablement que votre cerveau – source de l’imagination et des fantasmes – est une de celles-ci…

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *