UXDE dot Net Wordpress Themes

La vérité sur… Le point G

le

la-verite-sur-le-point-g

Pourquoi fait-on l’amour ? Parce qu’il le faut ? Parce qu’on ne peut pas s’en passer ? Parce que c’est un bon moyen de sortir du virtuel de nos vies ? Parce que nous sommes des hommes et des femmes ? Parce que nous avons des sentiments ? Parce que nous voulons des sensations (enfants) ? Parler du point G, c’est un peu répondre à tout ça.

Explication.

La science aime disserter ce que le corps nous cache (même si cela ne fait pas toujours plaisir). C’est bien d’essayer d’aller plus loin que ce qu’on ne peut manquer de constater en se mettant tout nu : c’est excitant.

Alors, on découvre des points, pour confirmer que nous ne sommes pas que de la chair, que le toucher et les rapprochements peuvent initier quelque chose. C’est louable. C’est même rassurant, stimulant, intrigant. À une condition : rester léger.

Parce que sinon, après concertation avec nous-mêmes, et en notre qualité de filles-qui-parlent-de-sexe, nous considérons que le point G, disons le carrément : nous fait un peu perdre notre temps.

Nous ne sommes pas ici pour reprendre le débat existe / existe pas. Tout est possible, et ce qu’on peut lire sur le point G le prouve. Possible de considérer que l’enjeu est de comprendre comment ça marche.

Possible de parler de quelque chose dont on peine à donner le code (la jouissance féminine). Possible de trouver le secret, pour en faire une certitude de plus sur la bonne pratique sexuelle : « chéri, le point G est la clé, cherche. ») Possible, même, de fantasmer sans honte, aucun contexte ou presque ne lui étant interdit, vous pouvez l’évoquer librement : « pff, je suis crevée, j’ai cherché mon point G toute la nuit »… et vous réjouir de sa présence rassurante, bien que furtive.

Mais possible aussi, de se rappeler que c’est lundi, que certaines questions ne se posent pas forcément, même si on peut tout se dire.

Le point G n’est qu’un point de repère. Cela signifie que vous avez le droit d’envisager le sexe sans. Point de repère. Mais avec, points de contact.

Au pluriel. La vérité sur le point G, donc, c’est que ce n’est pas en pointant qu’on va s’aimer plus, mieux, et que ça sera bon. Il est temps de voir plus Grand. Grave.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *