UXDE dot Net Wordpress Themes

La vérité sur… la masturbation

le

masturbation

Les traités de masturbation ne courent pas les rues.

Peut-être parce que ce n’est pas très difficile de se faire du bien. Pas la peine d’étudier et de faire ses preuves. Seule l’expérience départage les apprentis. Mais, à l’heure des grands débats de société sur lesquels tout le monde doit avoir un avis et de la télé réalité qui n’a peur de rien, il est temps d’accorder un peu de considération à la chose.

La masturbation est l’acte sexuel de base, et, on peut le dire, le plus ancien, le plus pratiqué, et le plus adapté à l’ère de l’individualisme. Oh ! oui. Autant la partouze semble être en déclin (Tout nu en groupe, comment dire ? On est mieux seul avec son smartphone, non ?) Autant la masturbation se porte à merveille. Pas un mois sans que les journaux pullulent de témoignages, principalement de femmes qui s’y mettent à tous les âges, et louent les nombreux avantages anti-stress du phénomène.

Parce que la masturbation, c’est naturel, et aujourd’hui, ce qui est naturel, on en redemande. Dans vingt ans, on ne pourra peut-être plus manger de cabillaud, ni même, marcher sur la banquise (ce qui ne me bouleverse qu’à moitié : en aucun cas je ne ferais l’amour en dessous d’une température de confort, et le cabillaud ne m’excite pas…) par contre, on aura encore sûrement des mains, et des sexes. C’est beau l’espèce humaine. Et puis, c’est politique aussi : la masturbation fait partie des conquêtes de la levée des tabous et des égalités. Parce qu’avant, un peu avant, la masturbation, en Europe éduquée, « ça ne se faisait pas ». Ou en tout cas, on n’en parlait pas. À la place, on mangeait du cabillaud en mastiquant bien en fermant la bouche. À part, chez Sade, qui, lui, avait compris bien avant les autres : la masturbation, c’était toute sa vie. (Plus quelques autres perversions anecdotiques, qui lui valurent une réputation désastreuse, et la prison par intermittence. Personne n’est parfait)

Alors qu’aujourd’hui, non seulement tout le monde se masturbe, (ne me dites pas le contraire) mais en plus, on en parle : c’est important de ne pas retenir les informations essentielles. Merci donc, à tous les adeptes convaincus, aux témoignages cathodiques, et à tous les communicateurs insatiables, d’avoir levé les tabous pour nous permettre d’être autonomes, et satisfaits. Ce n’était pas gagné.

Inutile d’insister sur la facilité du mode d’emploi : frotter en cadence, c’est à la portée de tout le monde. La vérité, donc, c’est que la masturbation, on en redemande. Il faudra forcément y renoncer un peu, en cas de rencontre, mais ce n’est pas une raison pour traîner devant la télévision jusqu’à pas d’heure, pendant vos soirées de solitude. Et n’oubliez pas de vous laver les mains et les dents, avant de vous coucher.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *