UXDE dot Net Wordpress Themes

Interviews sur la rencontre ! Avec Natacha H, photographe et Delphine H performeuse, baluchonneuse

le

 interview_rencontre_blog_rendez_vous

Rencontre avec Natacha H, photographe

 

  • Qu’est-ce qu’une rencontre ?

J’aurais besoin qu’on définisse le contexte.

Les rencontres peuvent être extrêmement vastes. Des rencontres de sensibilité… des rencontres abstraites. La rencontre est multiple.

C’est pour cela que je ne voulais pas préciser. Pour que la personne qui réponde, parte sur un type de rencontres qui lui tient à cœur ou pas. Une rencontre n’est pas forcément amoureuse, loin de là. Mais si tu veux que je précise : « qu’est-ce qu’une rencontre entre êtres humains ?

Je vais donc parler des rencontres amoureuses. Chaque relation a sa vocation, y compris à l’intérieur de la rencontre amoureuse. Il y a de multiples qualités, durées, variétés.

  • Est-ce que tu crois qu’une rencontre doit forcément être réussie ?

Pas dans l’absolu, tout est expérience. Il est plus rare qu’elle le soit. La rencontre ratée est plus accessible. Personnellement, je ne souhaite pas exclusivement la rencontre réussie. Les rencontres ratées et partielles ont un apport. Mais tout dépend de la situation dans laquelle on se trouve. Pour quelqu’un qui n’est pas libre, il est intéressant de faire des rencontres ratées. Pour que sa rencontre essentielle, stabilisante, soit toujours au-dessus. La rencontre ratée peut permettre de cumuler, rassembler d’autres expériences.

  • Est-ce que tu connais un ou des trucs pour faciliter la rencontre ?

Vaut mieux ne pas être sur une île déserte. À moins de s’intéresser aux poissons rouges. Il faut sélectionner les lieux où on va, en fonction de ce qu’on recherche.

  • Y a-t-il des rencontres impossibles ?

Je ne vois pas. À part dans des milieux extrêmement protégés, le monde politique, le show biz. Pour la rencontre entre caractères qui ne s’apprécient pas, on en revient à la première question. Sur les possibles prises de conscience que cela permet.

  • Qu’est-ce qui change à fur et à mesure des rencontres ?

L’organisation de notre vie au moment de la rencontre peut faire changer les choses, l’âge n’est pas en cause. On peut attendre la même chose à vingt ans qu’à cinquante. Je suis plus impliquée aujourd’hui que quand j’avais vingt ans. À l’époque, j’avais envie d’expérimenter, dans l’immédiat, pour découvrir de quel type de personne j’avais besoin. Je ne crois pas que quelque chose change vraiment, avec le temps. Si on veut rencontrer quelqu’un, on peut être dans la bonne disposition à n’importe quel moment de la vie.

  • Quel est votre meilleur souvenir de rencontre ?

C’est la personne avec qui je suis toujours. Qui hélas, est loin. Une rencontre qui m’a tout de suite convaincue. Il m’écrivait des messages. « Ma grande dame, je suis un américain en Europe » À l’époque, je recevais beaucoup de courrier. Beaucoup d’hommes fantasmaient sur moi, et m’écrivaient. Mais ce que lui m’écrivait, sortait complètement du lot. J’ai donc accepté de le rencontrer. Parce qu’il me plaisait. Et la rencontre a été une révélation. On a passé du temps ensemble au fil des ans, mais on n’a jamais pu habiter ensemble. Il voyageait, avec un parcours pas toujours facile. Nous avons gardé le contact grâce au virtuel. Pour moi, cela a une valeur de référence. Je n’ai jamais trouvé mieux ou même équivalent. On continue à se voir et à communiquer. L’amour est toujours là.

  • Quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose ?

Je peux parler de la difficulté à rencontrer quelqu’un avec des critères particuliers. Quand on cherche quelqu’un de précis, ça devient difficile parce qu’il y a moins de possibilités. J’aime les hommes petits. Un mètre soixante. Maximum. Pas trop musclés. Généreux, gentlemen. Et sensibles à mes centres d’intérêt. Je ne m’intéresse pas aux hommes qui sortent de ces critères.

 

 

Delphine H performeuse, baluchonneuse

  • Qu’est-ce qu’une rencontre ?

C’est quand deux personnes se retrouvent au même moment, au même endroit. C’est une synchronisation d’énergies et une compatibilité de personnes. Quand il y a vraiment rencontre, c’est qu’il y a compatibilité, à un niveau ou à tous les niveaux.

Par exemple, l’autre jour, tout à coup, il y a deux nanas qui sont venues nous demander, à mes partenaires de danse et moi : qu’est-ce qu’on cherche ? J’avais tout à coup plein de choses à dire, Tout le monde avait les yeux qui pétillent. On était quatre autour, et on s’est retrouvé de manière totalement imprévue, à parler de ce qu’on cherche, de bonheur, d’harmonie… Les rencontres on a tendance à les chercher, mais c’est souvent quand on arrête de chercher qu’elles viennent à nous.

  • Toi, t’as quand même été plutôt une fille de rencontre ?

Ouais. Mais j’ai aussi beaucoup appuyé sur action ! Quand quelqu’un me touchait, dans mon entourage, alors j’allais vers cette personne, pour la rencontrer vraiment. Par exemple, j’avais vu une pièce de théâtre, et j’ai interpellé le comédien sur facebook : « rencontrons-nous ! » On a bu un café. J’avais envie de parler avec lui du métier. À ce moment-là, il en avait marre d’être comédien. Il avait commencé à écrire des scénarios. La rencontre s’est un peu arrêtée là, parce que la séduction s’en est mêlée, et je n’étais pas du tout sur ce mode-là… Mais ça m’a permis d’embrayer sur d’autres discussions, sur le métier de comédien, où l’image fait tellement, on nous considère comme des produits, et il ne faut pas se laisser atteindre.

  • C’est bien, parce que ça va vers ma deuxième question : est-ce qu’une rencontre doit forcément être réussie ?

Ça c’est une excellente question. Parce qu’on a toujours des attentes. C’est le propre de l’homme, le malheur de l’homme. Non, elle ne doit pas être réussie. Il peut y avoir des rencontres qu’on interprète on qu’on vit comme ratées, pendant lesquelles il s’est passé quelque chose, pendant le moment où les deux personnes se sont parlées, elles ont appris des choses.

Si tu te fixes comme enjeu de la rencontre qu’elle soit réussie, on se met une pression, en se disant qu’il faut absolument qu’il se passe quelque chose, qu’au minimum que ce soit un bon moment, j’aimais ton exemple de la rencontre avec le comédien, parce que tu n’as pas eu besoin qu’à la fin il se passe quelque chose.

  •  Est-ce que tu connais un truc pour faciliter la rencontre ?

Ça dépend dans quel contexte. Mais le fait d’être bien avec soi-même. Et sur le moment même, le langage non verbal. Une attitude, un regard, même si la personne est à distance. C’est le contact qui s’établit comme ça, sans être obligé de le dire. Quand nous-même on est dans une bonne disposition, on observe silencieusement et sans pression, on se met au diapason. Ça, c’est quelque chose sur lequel on ne réfléchit pas beaucoup, avant les rencontres, comment être en bonne communication non verbale. Dans notre société, on est beaucoup dans le langage, mais 80% de ce qu’on échange est non verbal.

  • Y a-t-il des rencontres impossibles ?

Ben oui. Question de moment, de point de vue, de jugement… Je pense à un exemple. Dans mon autre domaine d’activités. Deux tempéraments qui pouvaient fonctionner seuls, mais ne s’entendaient pas. Le conflit a grandi, jusqu’à l’éviction de l’une. Mais cette expérience a permis de rassembler. Une rencontre impossible, a débouché sur de multiples rencontres.

Moi ça m’est arrivé pour des amitiés, de croiser des gens, et de me dire, je ne pourrais jamais m’entendre avec telle ou telle personne. Et d’être finalement démentie.

Finalement, c’est peut-être nous qui changeons, il y a des périodes où le jugement des autres peut nous faire du mal, et nous n’avons pas envie de rencontre, pour éviter les aspects plus difficiles.

On est tous fort dans le jugement, et ça me fatigue C’est des freins aux rencontres, à l’être en mouvement, à la fluidité. Je parle des autres, mais je ne m’exclus pas du lot.

  • Qu’est-ce qui change au fur et à mesure des rencontres ?

Il y a des périodes où on est complètement au diapason, comme au début, puis d’autres où on ne se comprend plus, on n’a rien en commun. Il faut accepter que cela fasse partie de la relation, de ce qu’est devenue la rencontre. Je ne suis pas toujours parvenue à gérer ces moments-là. À part de manière enfantine, impulsive, en partant.

J’ai l’impression que la société nous pousse, qu’il y a un discours médiatique sur la séparation.

Ça fait 15 ans qu’on vit ensemble, c’est pas lisse, pas toujours la même intensité, changer de jeu, changer de partenaire de jeu, sortir de ça, qui n’est qu’un super bon moteur. Savoir comment l’utiliser sur la durée, parce que ça ne fait pas avancer.

Accepter de faire des compromis, accepter la différence de l’autre qui ne correspond pas à nos exigences de départ. La société, la génération de nos grands-parents y étaient contraints.

Pour construire quelque chose de solide, il faut sortir du jeu, il faut savoir comment l’utiliser sur la durée. A chacun de chercher ses règles du jeu, de se les donner, et de se dire qu’on ne changera pas si facilement. Et faire des compromis.

Nos grands-parents avaient une idée de la rencontre qui tournait autour de l’engagement. Pas du jeu. Nous devons apprendre à vivre cette liberté, et de faire lien avec les changements. Les changements peuvent être vécus de manière fluide.

  • Quel est ton meilleur souvenir de rencontre ?

La rencontre avec le père de mon fils. On pourrait faire de la pub pour le chocolat noir de noir, tous les deux. La rencontre improbable, incompatible, qui prend une ampleur incroyable et qui fait qu’on devient parent. J’avais 19 ans, je revenais d’Inde, et mon père avait loué la maison pour un tournage. Un soir, un jeune étudiant devait garder du matériel dehors, en plein mois de février. Je me suis arrangée pour que ce garçon puisse rentrer, et j’ai un peu parlé avec lui. Je ne voulais pas de rencontre. Mais, alors qu’on était là, dans le décor, j’ai vu un tableau dont j’avais envie de faire le croquis. Il m’a alors dit qu’il avait la photo, et m’a parlé d’échange. Mon dessin, contre sa photo. C’est là que j’ai proposé du chocolat.

  •  La question que tu aurais aimé que je te pose :

À partir de quand est-ce qu’il y a rencontre ? Par exemple, le gars qu’on a croisé sur le pas de la porte, est-ce que c’est une rencontre ?

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *