UXDE dot Net Wordpress Themes

La détox virtuelle

le

detox_virtuelle

Ce n’est pas le tout d’être connecté toute la journée et de côtoyer toutes sortes d’inconnus aux histoires aussi garnies que l’américain du patron que vous prendrez à midi, mais parfois, même les enragés de la tartine perdent un peu l’appétit. Ça vous est peut-être arrivé de constater que la mayo ne prend plus, et qu’à force de détendre votre ceinture de convictions, et bien vous n’avez plus de taille. C’est peut-être le moment de freiner sur les abus. Ça fait du bien de s’avouer qu’on n’en peut plus, (demain, j’arrête), et de passer un peu ses habitudes addictives à la moulinette.

C’est parti :

Les côtés négatifs du virtuel, on les connaît : ça prend trop de temps, si on ne sait pas se mettre des limites, et donc, ça isole. Vous commencez par vous dire que ce n’est qu’un en-cas à votre travail, ou une petite bouchée entre les périodes de concentration, mais vous finissez par réaliser que vous en avez avalé, et que ça vous reste sur l’estomac.

Voici notre top 3 pour éviter les abus :

  1. Comme pour un régime, donnez-vous des horaires de connexion et tenez-vous-y. (entre trente minutes et une heure. Éventuellement renouvelable. (Une fois le matin, une fois le soir.) À respecter entre une semaine et un mois, pour évaluer les bénéfices sur l’humeur.
  2. Et/ou astreignez-vous à utiliser vos temps de connexion pour proposer des rendez-vous en vrai. Si vous avez peur de vous faire aspirer dans le virtuel, communiquez sur l’importance que ça a pour vous de créer un lien entre ce qui se passe sur internet, et votre vie. Retrouvez le goût des vraies saveurs.
  3. Et/ou forcez-vous à vous connecter dans des lieux publics, en vous fixant l’obligation de parler au moins à une personne réelle toutes les deux heures. Le serveur du café, votre voisin(e) de table, quelqu’un qui passe par là et qui dit quelque chose sur lequel vous avez un avis, (même la météo, s’il le faut.)

La detox virtuelle, c’est finalement pas si compliqué. Et complètement recommandé par les médecins, même les plus sceptiques concernant les régimes miracles. Et vous, comment gérez-vous les périodes de surconsommation ? Nous sommes impatients d’entendre vos recettes en commentaire…

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *