UXDE dot Net Wordpress Themes

Microfiction : La lassitude du couple

le

la-lassitude-du-couple

 

Il n’y a pas d’âge pour sombrer dans la lassitude du couple.

Il n’y a pas de raison, non plus, d’y succomber.

Il suffit de s’organiser…

On vit à deux depuis tellement longtemps. Au début, on était comme tout le monde. Pas plus, pas moins amoureux. Même si, au moins les six premiers mois, on était sûr que plus, beaucoup plus. On avait des preuves : on s’était rencontrés chez un dentiste, et tout était merveilleux. À force, peut-être qu’on s’aimait un peu moins, mais on avait décidé d’un commun accord, qu’il valait mieux ne pas trop se poser la question. C’est ainsi qu’on en a avalé, des années, cinq, dix, quinze, on n’avait pas l’intention de compter. Mais avec cette fichue manie des anniversaires, on se retrouvait tous les 15 mai en tête à tête, très gais les cinq premières années (optimistes, et puis on buvait beaucoup d’alcool, ça aidait) de plus en plus figés, ensuite. On mangeait du bout des lèvres, et on digérait mal. C’est là qu’on est officiellement entré dans les années de lassitude qui promettaient de nous mener vers l’abîme des couples sans imagination, sans conviction, sans avenir. On a tenu comme ça, un peu, mais ça sentait la fuite en avant.

Tout change, mais il faut trouver des solutions pour continuer à sourire, séduire, et cacher son jeu.

Alors, une année, on a oublié la date. Cette année. Nous sommes le 16 mai, et nous n’avons pas fêté notre anniversaire de mariage. Ça nous a fait un bien fou. La terre a continué à tourner pour tous les couples lassés qui s’ignorent, nous avons reçu une cinquantaine d’emails depuis hier, (dont certains consistent en un échange de bons procédés avec d’autres, je te réconforte virtuellement sur ta capacité de séduction, tu me réconfortes virtuellement sur ma capacité de séduction, ça restera entre nous), il y a les mêmes rendez-vous dans nos agendas, nous devons toujours décider où partir en vacances la prochaine fois, nous pouvons également commencer à penser à notre pension, et aussi, nous avons parlé de prendre un chien, à la maison, pour se sentir moins seuls.

Le dentiste qui nous blanchit les dents vient de divorcer, mais cela ne nous empêchera pas de sourire.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *