UXDE dot Net Wordpress Themes

La rupture c’est…

le

shutterstock_86801779

Oui, la rupture vous inspire. Alpsaddict (qui est pourtant plus spécialiste des sommets que des gouffres) nous a (d)écrit le phénomène sous toutes les coutures. Cette semaine, on replonge avec lui…

 

La rupture (d’une sincère union d’amour) c’est :

 

le seul moyen de se poser les bonnes questions sur soi

 

ce qui arrive aux couples idéalistes qui attendent trop de leur union

 

une bonne façon d’appréhender ce qu’est la souffrance

 

toucher le fond, du fond, du fond…

 

une cassure, une brisure, une fêlure, un truc en « ure » qui craint

 

enfin l’occasion de débuter sa vie d’artiste !

 

un uppercut dans ton ego

 

pour les mecs quittés, le rétrécissement de la taille de sa bite d’autant que se tuméfie celle de tous les mâles alentours

 

une pathologie dont on pense guérir rapidement et qui évolue comme la mononucléose (ou maladie du baiser…)

 

une famille qui implose…

 

… ou pas si les protagonistes sont suffisamment intelligents pour gérer ça avec tact et mesure

 

au bout de 3 ans, selon Frederic Beigbeder

 

un problème de mortier entre les briques de l’amour et ça se répare, voire ça se consolide

 

un coup de tonnerre dans un ciel serein, en tout point comparable à un accident vasculaire cérébral. Il peut rester des séquelles à vie. On peut récupérer entièrement ou seulement partiellement. Le temps le dira.

 

une excellente opportunité pour rencontrer un psy

 

des enfants qui se transforment en armes de destruction massive

 

la conséquence de parents qui étouffent et qui n’arrivent plus à gérer le quotidien

 

nécessaire quand on en arrive à s’emmerder à deux

 

inéluctable quand deux ego s’entrechoquent sans cesse

 

un pas vers la reconstruction de soi

 

« je ne te désire plus et je m’en vais : d’ailleurs j’ai trouvé un chouette appart’ pas loin… bises »

 

beaucoup plus compliqué que ça !

 

la culpabilité tenace de n’avoir pas rendu l’autre heureux…

 

logique quand on vit dans la nostalgie de la passion

 

se couper du corps de l’autre parce qu’il vous dégoûte

 

une manière radicale de ne pas réfléchir à deux

 

une nouvelle ère de plaisirs qui s’ouvre comme une paire de cuisses

 

douloureux et dérangeant bien avant que ça n’ait réellement lieux

 

des prémices qu’on a du mal à appréhender et qui génèrent une instabilité affective insupportable

 

des fantasmes destructeurs sur d’hypothétiques relations extra-conjugales pré ou post-séparation

 

des projections insupportables où l’autre a tourné la page (et pas vous), sans vous (avec sa nouvelle âme sœur alors que la vôtre vous a quitté…)

 

une excitation et une envie sexuelle dont vous ne serez plus l’artisan

 

accepter d’imaginer que l’autre s’épanouisse sans vous

 

comprendre que vous êtes à l’origine de tout ça et sombrer… ou faire le point calmement

 

prendre le vaisseau de sa vie à l’abordage et jeter par-dessus bord tout ce qui est inutile

 

le bon vieux principe de réalité qui t’explose en pleine gueule

 

ce qui n’arrive pas aux couples bambous

 

une balance de Roberval des sentiments, qui penche inexorablement du même côté depuis trop longtemps

 

l’application « amour » qui bug de façon récurrente et qui nécessite un reset du système d’exploitation

 

un nouveau lieu de vie à appréhender, des tonnes de choses matérielles à gérer, et après ?

 

ça se suture, puis ça s’indure et ça suppure…

 

libérée délivrée je ne mentirais plus jamais (la Reine des Neiges)

 

un deuil impossible à faire alors que tout le monde reste en vie

 

bien intégré par les enfants bien préparés (et bien aimés)

 

enfin du temps pour soi, rien que pour soi

 

putain mais qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps ? www.leboncoin.fr Vends Temps libre sans enfants ni conjoint – 200€ l’heure. Pour cerveau à saturation.

 

un régime Dukan en accéléré. Corollaire identique : reprise de poids systématique

 

inenvisageable il y a 100 ans, exceptionnel il y a 50 ans et doucement en train de se banaliser…

 

toujours aux autres que ça arrive, c’est bien connu

 

la triste fin de la tendresse (?) entre deux êtres

 

enfin un bon alibi pour tester toutes formes de substances illicites

 

l’addition trop salée d’un repas pourtant varié, savoureux et plein de bonnes surprises

 

deux atomes crochus qui se décrochent

 

une amitié qui ne se perdra jamais… ou qui n’a jamais existé

 

un mot qui perfore

 

la transgression de l’injonction de l’Eglise : « jusqu’à ce que la mort vous sépare »

 

encore une occasion manquée de résoudre l’équation de l’amour

 

la nostalgie heureuse de beaux moments de sa vie

 

la victoire à plate couture d’un égoïsme bipartite ou unilatéral

 

se bercer d’illusion de nouveau départ, jusqu’à en vomir

 

la colère et la haine contre ce que tu pensais avoir de plus cher

 

tes enfants qui vivront à terme avec un beau-père et une belle-mère

 

atterrir dans la confrérie des largués

 

ce qui doit arriver quand on est des buses en relations humaines

 

Meetic, c’est fantastique !

 

le moment parfait pour s’inscrire à Adam et Eve (Téléréalité – D8 – tout le monde à poil)

 

foutre en l’air bien plus de choses que ce que l’euphorie libératrice des premiers moments de la séparation laisse penser

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *